Le Parc National des Calanques.

Le Parc des Calanques sonne le tocsin (La Provence du 23 novembre 2012)

Réunis sur le site des Calanques il y a sept mois, François Fillon, Guy Teissier et la maire de Cassis Danielle Millon
Réunis sur le site des Calanques il y a sept mois, François Fillon, Guy Teissier et la maire de Cassis Danielle Millon

" Il demande d'urgence à l'État les moyens financiers de débuter sa mission

 

Sept mois après sa création officielle par le précédent gouvernement, le Parc national des Calanques reste pour beaucoup d'observateurs une coquille vide, faute d'avoir encore obtenu les moyens de son existence. Une situation pour le moins préoccupante dont l'examen figurait à l'ordre du jour du conseil d'administration et de l'assemblée générale du GIP Calanques (le groupement d'intérêt public en charge de la gestion du site durant cette période transitoire), qui se sont tenus hier à Marseille, sous la présidence du député UMP Guy Teissier.

 

C'est au cours de cette séance qu'une motion, véritable "SOS" adressé aux pouvoirs publics, a été soumise aux membres du GIP et adoptée à la quasi-unanimité, le représentant des chasseurs de Mazargues ayant voté contre et celui de l'État s'étant logiquement abstenu. Transmise très prochainement au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ce texte vise en effet directement son gouvernement dont elle pointe à la fois l'immobilisme et le manque d'intérêt apparent vis-à-vis du premier parc périurbain de France.

 

"A mon grand étonnement pour ne pas dire déception, assure Guy Teissier, l'arrêté de désignation des 51 membres du Conseil d'administration du parc n'a toujours pas été pris par la ministre en charge de l'Ecologie", ce qui empêche son premier conseil de se tenir et de désigner son président ainsi que ses deux vice-présidents. "Je n'ai à ce jour aucun retour du cabinet de la ministre sur une date probable de prise de cet arrêté", ajoute le député UMP, ce qui signifie selon lui que le processus ne pourra pas être engagé avant le 31 décembre, date à laquelle était prévue la dissolution anticipée du GIP.

 

Une situation "évidemment inacceptable"

 

La motion du GIP dénonce une situation intenable et "évidemment inacceptable", "a fortiori dans le contexte de Marseille Provence 2013 Capitale européenne de la culture qui va générer un fort afflux supplémentaire de fréquentation". Et si les signataires de ce texte se disent "parfaitement conscients du contexte très tendu de crise économique auquel doit faire face l'État et de la nécessité pour ce dernier de faire des économies importantes en matière de dépenses publiques", ils affirment aussi qu'il "est aujourd'hui essentiel que l'État envoie un signal fort" aux élus et aux habitants concernés.

 

En clair, le GIP demande au chef du gouvernement de faire en sorte que les membres du conseil d'administration du parc soient désignés "dans les meilleurs délais" par la ministre de l'Écologie Delphine Batho, que "le budget primitif du parc de 1,8 M€ soit augmenté à un niveau suffisant (2,5 M€) lui permettant de recruter dès l'année 2013 une dizaine d'agents de terrain" (en plus des 23 prévus initialement) et qu'enfin, "l'État manifeste au plus haut niveau son attachement au modèle des parcs nationaux à la française".

 

En attendant, l'existence du GIP est prolongée jusqu'à son terme initial, c'est-à-dire le 31 mars 2013, malgré la complexité de cette nouvelle situation ; le financement du GIP ne pouvant plus être assuré pour moitié par les collectivités territoriales, comme auparavant, mais à 100 %par l'État. Et Guy Teissier d'enfoncer le clou en constatant que "le grand oublié du gouvernement dans les aides qui vont être apportées (Ndlr : à l'occasion du plan d'urgence pour Marseille), semble bien être le Parc national des Calanques. C'est d'autant plus incompréhensible et choquant que ce cadre naturel d'exception fait justement partie des formidables atouts que le Premier ministre avait évoqués en parlant de la ville".

 

À noter que le ministère de l'Écologie que nous avons tenté de joindre à de multiples reprises hier n'a pas donné suite à nos sollicitations."

 

Philippe GALLINI (La Provence du vendredi 23 novembre 2012)

LA MOTION DU GIP CALANQUES

Sur le papier le Parc National des Calanques a été créé le 18 avril 2012. Aujourd’hui, 7 mois après, toujours pas de conseil d’administration, pas de président, pas de directeur et un budget prévisionnel sur la base d’un effectif de 2O personnes donc pas de personnel supplémentaire sur le terrain...L’objet de la motion est d’interpeller le gouvernement actuel pour débloquer cette situation ubuesque : l’Etat veut-il se contenter d’une création d’un parc-papier ou réaliser un véritable parc national ?

 

La motion du 22 novembre 2012